Escapade sur la côte de granit rose

bugueles-une

 Hello 

Des vacances qui sont passées bien vite. Nous avions dans l’idée de nous évader sur une île bretonne et puis finalement, nous avons décidé au dernier moment de retourner sur la côte de granit rose. Une réservation plus tard, nous voici sur la route, direction Perros-Guirec. Au programme, balades iodées, jeux sur la plage, sentiers côtiers. J’adore ce moment de l’année où les stations balnéaires se sont vidées de leurs touristes, que les couleurs de l’automne embrasent le paysage et déclinent leurs camaïeux de gris et d’orange, que le froid vous picote les joues et que vos cheveux s’emmêlent sous l’effet du vent.

Jour 1 -de Roscoff à Perros-Guirec 

Nous prenons la route du nord et en profitons pour faire une brève escale à Roscoff. La belle paraît endormie : les volets sont tirés, quelques touristes semblent s’être égarés ou sont attablés aux tables des restaurants. Le port se dissimule sous la brume et un pêcheur débarque sa pêche du jour.

Après un déjeuner à la crêperie où l’on se réchauffe dans une demeure typiquement roscovite, nous empruntons la D786 qui rejoint la côte et longe l’immense plage de Plestin-les-Grèves noyée dans le brouillard. Seules deux silhouettes fantomatiques oscillent, perdues dans cette nappe brumeuse qui prend des airs de tableau impressionniste. 

Nous reprenons notre route et après avoir traversé Lannion – il faudra que l’on s’y arrête à l’occasion –  nous longeons le fleuve côtier jusqu’à rejoindre le chemin de Beg Hent qui serpente le long du lit de la rivière et descend à travers le sous-bois jusqu’à la pointe. L’on découvre un estuaire qui sert de port aux bateaux de plaisance échoués sur le sable. Là, le calme absolu. Pas un bruit ne parvient jusqu’à nous. La mer, perdue dans la brume est invisible. Tour à tour, ce voile semble s’évaporer avant de fondre à nouveau sur la vallée. Les rayons le transpercent et nous éblouissent. Louis s’amuse sur la plage, l’occasion d’enfiler ses petites bottes jaunes, encore un peu grandes pour lui, de courir, de ramasser les coquillages, de jouer avec la pelle et le seau.

Après ce bon bol d’air, nous quittons ces lieux fantasmagoriques, direction Perros-Guirec et l’hôtel des Costans pour se mettre au chaud et passer une agréable soirée.

Beg-Hent 

begleguer-1
beleguer-2
beleguer-7
begleguer-1
beleguer-5bis
begleguer-7
begleguer
begleguer-4
beleguer-10
begleguer-2
costans-2

Hôtel  Les Costans

14 rue Rouzic, 22700 Perros-Guirec

02. 96. 23. 20. 27

Cet hôtel occupe une place particulière  dans nos coeurs. La première fois que nous y avons dormi, ce fut aussi la première fois que nous séjournions dans un si bel hôtel. Nous avons eu l’occasion d’y retourner et le charme opère toujours. Les chambres, à la décoration moderne et sobre, sont confortables, même s’il y fait un peu chaud – il suffit de couper le chauffage – et la vue côté mer est à couper le souffle. Un panorama exceptionnel sur les sept îles.  C’est enfin un point de départ idéal pour rejoindre à pied le centre ou les plages.

Le lieu, très calme, permet de se ressourcer. On prend plaisir à prendre le petit-déjeuner à l’une des tables accolées aux baies vitrées. Le soir, après une balade, il est agréable de s’installer côté lounge et de feuilleter un livre tout en dégustant un verre de chablis. Les lumières sont douces et chaleureuses et l’on aimerait que le moment se prolonge. 

Une déception cependant, le restaurant – une très bonne table – où nous eûmes l’occasion de manger – a fermé. On aurait bien aimer, le soir venu, pouvoir s’y attabler.

costans-4
costans-5
costans-7
costans-6
costans-8

Jour 2 – Perros-Guirec et Ploumanac’h

Pour commencer la journée, après un généreux petit-déjeuner, nous empruntons le chemin qui traverse le jardin de l’hôtel et partons à pied sur la route qui longe la côte et descend doucement vers la plage de Trestignel. Nous déambulons au milieu de ces demeures de la Belle Époque éparpillées sur la corniche ; leurs façades élancées et composites, leurs immenses fenêtres tournées vers la mer, leurs balcons et bow-windows me font rêver. J’imagine  franchir le seuil de ces grandes dames, en explorer tous les coins et recoins et en escalader les escaliers.  Le long de la route, l’on est surpris de l’apparente petitesse de certaines de ces villas dont on ne voit que le toit. Ce n’est qu’une fois sur la plage, que l’on se rend compte de la supercherie.

Là, une plage quasi-déserte. Quelques baigneuses se sèchent près des cabines tandis que des enfants profitent de l’immense étendue pour jouer. Louis est trop heureux de pouvoir enfiler ses bottes et de jouer avec ses jeux de plage. Il court vers la mer et s’amuse à remplir son seau d’eau pour le vider ensuite. Bientôt, il est rejoint par un petit chien qui suit son maître, fait demi-tour, le rejoint, l’attend. Un couple attachant. 

Nous décidons de poursuivre notre route et empruntons le chemin côtier qui fait le tour de la pointe du Château. Une promenade vivifiante qui offre un magnifique panorama sur l’île Tomé. Les déclinaisons de gris et de blancs – anthracite, gris souris, blanc laiteux – confèrent au lieu une ambiance mystique. La bruine mouille nos visages tandis que l’étroit sentier a revêtu ses couleurs automnales. 

Nous rejoignons ensuite le centre-ville, direction la plage de Trestaou – elle a bien moins de charme avec ses constructions des années 70, même si le grand hôtel est toujours là – pour déjeuner à la Suite, une bonne adresse qui m’a été conseillée par Le petit monde d’Elodie (merci!). 

 

Perros-Guirec

trestignel-1bis
trestignel-4
trestignel-3
trestignel-6
trestignel-11bis
trestignel-9
trestignel-10
trestignel-8
trestignel-7
trestignel-1bis
trestignel-13
trestignel-15
trestignel-12
perros-6
perros-2
perros-3
perros-4
perros-1
suite-2
suite-4

La Suite

Plage de Trestaou,

22700 Perros-Guirec

02.96.49.09.34

10h30-23h45

Le restaurant la Suite est situé au bout de la plage de Trestaou, juste après le Grand hôtel. L’intérieur est résolument moderne et cosy. La salle,  avec sa palette de beiges et de gris est très apaisante, tout comme la vue imprenable sur la mer. A l’arrière, la salle se prolonge par un espace vitré lounge idéal pour débuter la soirée. Notre table est accolée aux baies vitrées et nous profitons du paysage qui ne cesse de changer. La ligne d’horizon claire se pare bientôt d’un liseré marine tandis qu’un bateau quitte le port vers les sept îles. 

Dans  l’assiette, la part belle est faite aux produits de la mer. Pour Damien, lieu jaune et sa croûte de chorizo sur un écrasé de panais, cabillaud préparé à l’asiatique avec son consommé épicé pour moi. Les produits sont frais et de qualité, les associations harmonieuses et relevées. En dessert, nous prenons un café gourmand et un dôme passion-coco. La mousse, onctueuse et légère permet de finir agréablement le repas. 

Le personnel est charmant et prévenant pour que nous passions un agréable moment avec notre petit garçon. Nous reviendrons avec plaisir y déjeuner ou y dîner. 

suite-3
suite-5
suite-6
suite-7

Ploumanac’h

L’après-midi, nous rejoignons Ploumanac’h. Je ne sais s’il l’affluence touristique était aussi forte auparavant mais j’en veux un peu à l’émission de télévision qui a rendu ce village si célèbre. Nous arrivons au port et à l’angle de la rue surgit soudain l’immense Castel-Beausite, que vous connaissez sans doute si comme moi vous êtes fascinés par l’univers des grands hôtels. J’avoue que je suis un peu déçue. Le pauvre semble à l’étroit au fond de l’anse entre ces petites maisons. Il mériterait de grands espaces comme le laissaient présager les photos. On aimerait cependant y pénétrer et pourquoi pas débuter la soirée avec une coupe de champagne au bar. 

Nous poursuivons sur le sentier côtier qui a été totalement aménagé. L’endroit perd un peu de sa sauvagerie mais est accessible à tous. Ces amas rocheux, d’un rouge profond, forment des chaos immobiles contre lesquels la mer, d’un bleu profond, vient se défouler. Le long du chemin, des maisons balnéaires côtoient des roches aux formes étranges. Nous aurions bien rejoint à pied Perros-Guirec mais Louis, bien fatigué de sa journée, est impatient de rentrer. 

ploumanach-3
ploumanach-1
ploumanach-2
ploumanach-6
ploumanach-15
ploumanach-7bis
ploumanach-13
ploumanach-11
ploumanach-12
ploumanach-16
ploumanach-17
ploumanach-18

Jour 3 – de Nantouar jusque Port-Blanc

Dernier jour déjà. Nous serions bien restés plus longtemps mais il faut plier bagage. Une fois le petit-déjeuner avalé et les affaires chargées dans la voiture, nous faisons route vers Port-Blanc, une destination que nous aimons beaucoup pour sa beauté et son calme. Damien adore prendre des routes qu’il ne connaît pas et c’est ainsi que nous découvrons au hasard Nantouar et son phare. Une charmante grève aux déclinaisons de gris et de rose, de laquelle l’on aperçoit Perros et son port de plaisance, est bordée de champs et d’abres. J’aime ce contraste qu’offre la côte nord, la campagne qui rencontre la mer. 

Nous reprenons notre route, direction Port-Blanc. L’endroit est désert. Deux pêcheurs abordent le rivage tandis qu’une famille se promène le long de la plage. Nous leur emboîtons le pas et gagnons le « grand hôtel ».  Parfois, un rayon de soleil illumine l’un des bancs de sable des innombrables îlots éparpillés tels des confettis. Nous déjeunons au restaurant de l’hôtel. Nous sommes charmés par l’atmosphère de cet hôtel resté dans son jus qui nous rappelle mon enfance. Au comptoir, les habitués semblent s’être donné rendez-vous tandis que les vacanciers se restaurent dans la salle. L’ambiance est détendue et l’on profite de la vue. 

Au sortir du restaurant, le ciel s’est assombri. Les nuages se sont accumulés et forment une bande anthracite au large. Nous continuons notre promenade vers Pellinec. Le lieu est retiré et nous sommes surpris par le calme qui y règne. Nous avançons et longeons champs de choux et sous-bois aux couleurs automnales tandis que de-çi de-là, la mer n’est jamais loin. Nous empruntons la route submersible de Placen-Amic pour nous diriger vers Buguélès. L’ambiance étrange – épaves de bateaux, château qui se dresse sur les hauteurs, vasières et îlots sauvages – est propice à l’imagination. Nous gagnons finalement Buguélès et son petit port sous les derniers rayons du soleil. Il est alors temps de faire demi-tour. Nous terminerons cette journée par un rapide passage à Paimpol avant de regagner Brest…

Nantouar

nantouar-1bis
nantouar-4
nantouar-1
nantouar-7
nantouar-5

Port-Blanc

Port-blanc-2
Port-blanc-4
Port-blanc-5
portblanc-6
portblanc-11
portblanc-8
portblanc-9
portblanc-10
portblanc-19
portblanc-12
portblanc-13
portblanc-20
bugueles
portblanc-16
portblanc-18
portblanc-17
portblanc-15
portblanc-21

Voilà, ce week-end est passé bien vite. Je suis heureuse d’avoir pu le revivre le temps d’écrire cet article. Cela vous a plu et vous a donné l’envie de visiter cette région de Bretagne? 

A très vite, pour un nouvel article sur un créateur breton que j’apprécie beaucoup. Belle semaine. 

2 Commentaires

  1. Vos photos sont magnifiques et me donnent envie de retourner me balader « dans le nord » !

    1. Thalieandco dit : Répondre

      Merci Mélanie, je suis très heureuse que l’article et les photos vous aient plu et surtout que l’ensemble vous ait donné l’envie de vous balader « dans le nord ». En cette saison, c’est si beau et paisible. Belle soirée, Nathalie

Laisser un commentaire