Red & Scarlett – petits petons amoureusement chaussés

Bonjour

Aujourd’hui, un nouvel article « créateurs ». Ceux que j’aimerais plus nombreux par ici, ceux qui sont si enrichissants et permettent de découvrir & de mettre en lumière le travail de personnes de talent. Aujourd’hui, je vous parle de Sarah, fondatrice de Red and Scarlett, une entreprise qui propose des chaussons tout mignons pour les petons de nos bouts de chou. J’ai découvert son travail sur Instagram et j’ai immédiatement été séduite par ses créations qui allient douceur et exigence. Savoir que derrière ces mocassins, ces salomés se trouvent un savoir-faire, des heures de travail, une sélection de la matière, rend précieux ces écrins pour petits pieds. Un coup de coeur qui j’espère vous donnera l’envie d’en savoir plus sur cette belle entreprise. 

Le cuir a toujours occupé une place importante dans la vie de Sarah. La rencontre entre les deux a lieu avec ses premiers sacs à main. Immédiatement, une relation se noue et au fur et à mesure des années, des pièces qu’elle collectionne, elle se prend de passion pour cette matière qui, plus qu’une autre, épouse la forme de son propriétaire, se modèle au gré des histoires et dont chaque détail, chaque marque renvoie à un moment, un souvenir, une émotion. 

Le cuir est une matière qui vit et vieillit avec son propriétaire et c’est ce qui me plait. Quand je revois l’empreinte des petits pieds de ma fille sur la semelle des moccs qu’elle a portés lors ses premiers pas, je fonds. Le cuir garde l’empreinte du vécu et des souvenirs. C’est pour moi l’un des matériaux les plus nobles mais aussi assez complexe à travailler.

Mais cette relation devient plus forte quand elle décide de lancer son projet. Avec l’arrivée de son premier enfant, elle se remet à la couture et confectionne avec amour ses petites affaires. Des souvenirs enfouis, de ceux que la vie trépidante malmène et qui sont si chers à nos yeux, remontent à la surface. L’aiguille en main, c’est l’image de sa mère, elle-même couturière, qui resurgit. A ses côtés, elle apprend à coudre avec sa soeur – celle-ci poussera d’ailleurs les portes d’une école de stylisme. Dans la maison, ce sont les croquis qui habillent les murs de la salle de couture, c’est la cadence de la machine à coudre qui rythme les points, c’est ce bru